Plus de pouvoir d’entreprise pour la circulation fiduciaire

Les tendances et les développements les plus importants pour la circulation fiduciaire ont été abordés au symposium « Currency Technology 2017 » à Munich. G+D Currency Technology a convié quelque 200 invités venant du monde entier afin d’échanger sur les innovations en matière de technologies de sécurité, d’ingénierie et de services, tout en saisissant cette opportunité d’étendre leur réseau professionnel.

Comme ce fut le cas en 2013 et 2015, Giesecke+Devrient Currency Technology GmbH a de nouveau tenu la rencontre internationale pour les professionnels de l’industrie qu’est son « Currency Technology Symposium » pendant l’été 2017. Presque 200 invités provenant des banques d’émission et commerciales, d’entreprises de transport de fonds et d’imprimeries ont accepté l’invitation individuelle qui leur avait été envoyée, et ont voyagé jusqu’au siège social de Munich. En plus de leur apporter une opportunité de réseautage entre professionnels, le principal objectif de cet évènement qui a duré cinq jours était de créer un forum de discussion autour des tendances et changements à apporter à l’industrie. Les sujets clés furent l’automatisation, la numérisation, et l’avenir du numéraire.
Pour inaugurer l’évènement, Wolfram Seidemann, le PDG de G+D Currency Technology, a précisé les deux principales raisons de la popularité continue du numéraire de par le monde : l’intégration et l’innovation. Il a rappelé que la quantité de billets en circulation continue d’augmenter de 3 à 5 % chaque année, et qu’il croit que cela vient du fait que le numéraire est non seulement sécurisé, pratique et à l’épreuve des crises, mais également le seul moyen de paiement que tout le monde peut utiliser, quel que soit le statut social, le niveau d’éducation ou l’accès au système bancaire dont les personnes profitent. « Les usagers de par le monde entier font confiance aux billets et aux pièces », a dit Seidemann. « Le numéraire est le moyen de paiement le plus démocratique au monde. »

Le numéraire, un élément essentiel de la vie moderne

 «

Wolfram Seidemann, PDG de G+D Currency Technology

Cette confiance placée dans le numéraire, qui est soutenue et validée par les banques d’émission du monde entier, est fondée principalement sur une innovation et un raffinement technologique constants sur le terrain. Ce pouvoir qu’a l’innovation est un aspect caractéristique de cette industrie, tout comme la volonté de toujours atteindre les meilleurs résultats pour la population comme pour le produit. En collaboration avec les banques d’émission, les billets de banque ont évolué afin de devenir des produits hautement technologiques qui combinent esthétique et technologie de manière unique. Seidemann mentionna ensuite la nécessité de pousser plus en avant la collaboration dans le domaine de la numérisation, afin de tirer parti de toutes les opportunités d’augmenter le rendement et l’efficacité.


De « l’avenir du numéraire » au « pouvoir d’entreprise »

Il n’est désormais plus possible pour une entreprise de survivre sans la normalisation, l’automatisation et la numérisation.

 «

Nayif Demirkaya, vice-président du groupe chez G+D Currency Technology

En tant qu’orateur principal et vice-président du groupe G+D, Nayif Demirkaya a abordé le sujet des tendances allant vers la normalisation, l’automatisation et la numérisation, les comparant à celles qui concernent l’industrie automobile. « Lorsque la première voiture à moteur Benz fut conduite en 1886, nous produisions déjà des billets de banque depuis plus de 30 ans. » N. Demirkaya a continué en parlant de la contribution de la construction d’automobiles au développement phénoménal de la mobilité durant les 120 dernières années, ce qu’il considère comme une conséquence évidente de l’immense « pouvoir d’entreprise » détenu par des groupes d’entreprises. L’ancien responsable de Daimler a invité les visiteurs au symposium afin d’affecter une énergie similaire à la circulation fiduciaire : « Il n’est désormais plus possible pour une entreprise de survivre sans la normalisation, l’automatisation et la numérisation. »

Les séries d’évènements au symposium

Après le discours inaugural du matin, plusieurs séries d’évènements se sont succédé au symposium « Currency Technology 2017 », afin d’aborder les sujets les plus importants de l’industrie. Les présentations individuelles furent suivies de discussions lors desquelles les visiteurs purent partager leur expérience et leurs objectifs avec d’autres professionnels venant des quatre coins du monde. Au total, 16 ateliers de travail ont été organisés en plusieurs séances. Ils comprenaient :

  • Les nouveaux billets : idées, concepts et lancement
    Gestion de projet, concepts de sécurité, analyses de faux, critères esthétiques, et introduction de billets dans la circulation fiduciaire.

  • Perspectives d’avenir : une variété d’opportunités pour l’avenir
    Traitement des billets de banque dans l’écosystème du BPS, décisions mûries fondées sur l’analyse de mégadonnées, et sous-traitance de tâches.

  • Automatisation : un accroissement de la sécurité et de la productivité
    Potentiel d’optimisation dans les centres de tri/la circulation fiduciaire, nouvelles approches de logistique du numéraire, et réduction des risques opérationnels.

  • Impression : optimiser l’efficacité du processus
    Réduction du gaspillage lors de l’impression de billets de banque, services de conseil sur mesure, et contrôle de la qualité efficace.


Une logistique normalisée du numéraire

Lors de la série d’évènements à laquelle il a participé, Thorsten Pillo, le directeur des ventes de G+D Currency Technology pour la région Amérique latine et Caraïbes, ainsi que le directeur tchèque Ralf Rüben et d’autres visiteurs, ont discuté des moyens possibles d’améliorer l’efficacité de la rcirculation fiduciaire et des centres de tri. Il a récupéré les trois éléments du discours inaugural (normalisation, automatisation et numérisation) et y a ajouté la synchronisation. La question du nombre et du placement idéaux de centres de tri dans un pays était l’un des principaux sujets. La discussion fut axée sur la corrélation entre les coûts de transport et de traitement du numéraire afin de déterminer le nombre idéal de sites d’après les courbes établies.

« Un autre élément moteur de la rentabilité est l’optimisation du transport par la normalisation des composants logistiques », a rapporté Thorsten Pillo en se basant sur sa propre expérience. À ce moment, il a mentionné Malcolm McLean, qui a révolutionné l’échange international de biens et établi les fondations de la mondialisation il y a 50 ans, en développant le conteneur maritime. Il a poursuivi en déclarant : « En appliquant cette idée à la circulation fiduciaire, le conteneur maritime est notre bac à billets de banque NotaTracc, qui optimise la logistique des palettes de la circulation fiduciaire à grande échelle, et est adapté à divers systèmes internes et externes au centre de tri.

Synchroniser et optimiser la circulation fiduciaire

Thorsten Pillo a utilisé une chaîne de vélo connectant des moyeux de tailles différentes pour démontrer comment toutes les institutions participant à la circulation fiduciaire se synchronisent. « La chaîne de la circulation fiduciaire est un logiciel qui a besoin d’être intégré complètement, du point de vente jusqu’au centre de tri. » Il a ajouté que faire correspondre les données de différentes interfaces permet de contrôler, surveiller et prédire la quantité de numéraire en circulation, dans le but de déterminer le niveau idéal de chaque point final pour différentes institutions. Il a ensuite continué en expliquant qu’une « réserve virtuelle » de billets de banque est formée dans le système, pour pouvoir servir par la suite de tampon face à la demande.
Dans cette optique, G+D Currency Technology offre aux entreprises l’opportunité d’intégrer leurs systèmes au logiciel « Compass VMS » par le biais de portails Internet, par exemple. Thorsten Pillo, en sa qualité de haut responsable chez G+D, a mentionné un exemple qui a eu lieu aux Caraïbes, où une entreprise de transport de fonds avait compris qu’il est rentable pour toutes les parties impliquées d’établir un petit bureau avec une machine dans les pôles commerciaux afin de pré-compter et de réserver directement les billets de banque. « Les données du système de traitement sont enregistrées instantanément dans le programme Compass VMS du client, et sont synchronisées immédiatement. »


L’expérience du centre de tri

Pendant le déroulement du symposium Currency Technology, un centre de tri fonctionnel a été installé afin de démontrer l’expertise exhaustive de G+D aux clients.


La sécurité et l’efficacité ne s’excluent pas mutuellement

Lors de la série d’évènements à laquelle il a participé, Barnabás Ferenczi, le directeur des ventes et des services de la région Europe, a démontré aux visiteurs que la sécurité et l’efficacité ne sont désormais plus mutuellement exclusives : à vrai dire, c’est même plutôt l’inverse. Le besoin de travail manuel dans les centres de tri va bientôt disparaître, là où jusqu’à présent il y avait souvent des « compromis » : « Dans un monde manuel, si la main-d’œuvre est réduite pour une finalité de productivité, moins d’employés sont également disponibles pour les fonctions de contrôle, et cela nuit à la sécurité », a affirmé Barnabás Ferenczi, avant d’ajouter que ces jours-ci, cependant, grâce au fonctionnement modernisé et en grande partie automatisé, il est possible d’améliorer les deux aspects en même temps. « Une solution logicielle complète au lieu d’une trace papier permet des économies de temps et de ressources tout en augmentant la sécurité, parce que toutes les étapes de travail prennent place automatiquement et sont contrôlées. » Il a ajouté que combiner un système de surveillance vidéo avec le logiciel pourrait rendre la surveillance vidéo bien plus intelligente. « En 2017, il n’est plus nécessaire de compromettre la sécurité pour un gain de rendement. »

Les banques d’émission se reposent sur la modernisation.

D’après Ferenczi, l’industrie traverse une grande période de modernisation, d’automatisation et de numérisation. « Des investissements se font partout dans le monde : pas seulement pour des gains de rendement, mais aussi pour obtenir une meilleure sécurité et répondre à la hausse de la demande pour la modernité. » Il a continué en mentionnant que les vérifications effectuées par les employés deviennent de plus en plus difficiles avec le temps, et qu’utiliser des systèmes de surveillance vidéo est impossible dans certaines régions à cause des cadres légaux qui s’y appliquent. « Dans ces situations, l’automatisation est souvent le seul moyen d’obtenir à la fois sécurité et rendement. »
Il a également ajouté que de nombreuses banques d’émission européennes déménagent des centres des villes vers les centres de tri situés dans leurs périphéries, où elles peuvent installer des entrepôts à haut rayonnage. Il y a des exemples de ce phénomène en Hongrie, en Suède, en Finlande, aux Pays-Bas et en Allemagne. « Le déménagement des installations rime toujours avec modernisation et projets d’automatisation. » Il a continué en expliquant que l’automatisation réduit les risques opérationnels : à la fois les erreurs involontaires, comme dans des environnements papier, et les tentatives délibérées de contrefaçon de billets et d’informations. « Ces deux choses peuvent potentiellement mener à un scandale, ce qui les rend dangereuses pour la direction », a déclaré Barnabás Ferenczi. Bien que des pannes restent toujours possibles, les banques d’émission en particulier insistent considérablement pour obtenir un travail parfait. « L’automatisation et l’utilisation à la lettre des logiciels réduisent considérablement le nombre d’erreurs. »


Les centres de tri à la pointe de la technologie

Le centre de tri exemplaire de Munich montre l’intégration totale des processus, de la réception jusqu’à l’envoi : tout cela contrôlé par logiciel.


L’option de sous-traitance des centres de tri

Reinhard Hofer, responsable mondial des programmes de services gérés chez G+D Currency Technology, est allé encore plus loin lors de la série d’évènements à laquelle il a participé. « Même les Romains sous-traitaient la collecte des taxes », a-t-il avancé, en affirmant que cela avait pour but de simplifier la structure administrative de l’État, et d’obtenir un compromis entre risque et sécurité. Il y a quelques années, les premières banques d’émissions ont également commencé à déléguer le traitement du numéraire à des tiers. Cela leur permettait d’investir moins d’argent, d’employer moins de personnel, et de maintenir moins de machines. « Rien de tout cela ne fait partie du cœur de métier des banques d’émission ou commerciales », a déclaré Reinhard Hofer.

Il n’est pas surprenant de constater qu’un nombre croissant d’acteurs importants de la circulation fiduciaire sous-traitent les tâches individuelles ou des processus commerciaux entiers. Les avantages que la sous-traitance permet incluent notamment une réduction des coûts, une plus grande flexibilité et une facilité d’adaptation en cas de variation de la demande. « L’objectif est de transformer le traitement du numéraire d’une source de coûts en une source de profits », a commenté Reinhard Hofer, un expert de G+D Currency Technology. Cela ne peut être réalisé qu’avec des solutions et produits sur mesure qui se focalisent sur la productivité, l’optimisation de la rentabilité et la maximisation de la sécurité.

Le traitement des espèces ne fait pas partie du cœur de métier des banques.

 «

Reinhard Hofer
Responsable mondial du programme de services gérés chez G+D Currency Technology

La gestion du numéraire : sous-traitance plutôt qu’expansion

La banque centrale du Brésil a sous-traité le fonctionnement de ses dix centres de tri nationaux à Giesecke+Devrient Currency Technology GmbH. Les avantages rapportent :

  • Flexibilité financière : les institutions financières n’attribuent pas leur flux de numéraire sur le long terme, et préfèrent recourir à des dépenses prévisionnelles fondées sur les besoins, sans aucune surprise.

  • Des séquences opérationnelles efficaces : la garantie que les accords de niveau de service (SLA) sont respectés d’emblée. Surveiller et optimiser les séquences opérationnelles fait partie des compétences principales de G+D Currency Technology.

  • Réduction des risques : une plus grande sécurité est obtenue grâce à des approches et des technologies éprouvées, ainsi que des experts techniques qui garantissent le fonctionnement optimal des systèmes.

  • Des solutions sur mesure pour chaque maillon de la chaîne de valeur : de la papeterie à la production et l’inspection des billets, et jusqu’à l’exploitation complète d’un centre de paiement.


La fondation de « Currency Technology 2019 »

Traditionnellement, le programme du symposium se conclut par une visite de la papeterie de Louisenthal à Tegernsee, organisée pour les participants venant des banques d’émission et des imprimeries. Là, les visiteurs peuvent vivre eux-même l’expérience de la production de films de sécurité high-tech et de supports d’impression pour billets de banque. Lors de l’atelier « We Make Semiconductor Technology Visible » (Nous apportons de la visibilité aux technologies de semi-conducteurs), les clients ont eu l’opportunité, pour la toute première fois, de voir comment les technologies de semi-conducteurs sont utilisées pour créer des structures microscopiques et nanoscopiques en salle blanche. « Nous sommes ravis de voir nos clients aussi intéressés par nos innovations et notre expertise », a déclaré Clemens Berger, président directeur général de Louisenthal.

Par exemple, la technologie de micro-miroirs soigneusement élaborée qui est utilisée dans le fil de sécurité Galaxy s’est avérée particulièrement populaire parmi les visiteurs internationaux. Environ 10 000 impulsions par seconde sont envoyées précisément sur le nanomètre à l’aide d’un faisceau d’électrons. Cela produit les hologrammes qui sécurisent des milliards de billets de banque à travers le monde. « Ce n’est pas pour rien que Louisenthal est le leader mondial du marché des supports d’impression pour éléments de sécurité », a déclaré Clemens Berger.

Les clients et l’équipe de G+D Currency Technology sont déjà impatients de voir arriver le Currency Technology Symposium 2019.

Pour clore le symposium, les participants ont posé les fondations de « Currency Technology 2019 » et ont obtenu le « pouvoir d’entreprise » auquel le responsable de G+D Nayif Demirkaya avait fait référence lors de son discours inaugural dans une brasserie en plein air bavaroise traditionnelle, sur les hauteurs de Tegernsee, sous un soleil magnifique.


Contact

Votre contact pour France
  Modifier votre emplacement

Event Team G+D Currency Technology

currency-technology-info@gi-de.com

Prénom Nom E-mail Entreprise Votre message
En envoyant le présent formulaire de contact, j’accepte que mes données soient traitées pour répondre à ma demande – comme indiqué dans la <a href="fr/fr/currency-technology/confidentialite-des-donnees/" class="ce--link" title="G+D privacy policy" target="_blank">politique de confidentialité G+D.</a>. Titre M. Mme
currency-technology-info@gi-de.com fr ct fr https://www.gi-de.com/fr/fr/currency-technology/tendances/innovation-de-la-circulation-fiduciaire/ct-symposium2017/ https://www.gi-de.com/fr/fr/currency-technology/tendances/innovation-de-la-circulation-fiduciaire/ct-symposium2017/