De l’imprimerie fiduciaire à un groupe industriel international

Hermann Giesecke et Alphonse Devrient ont fondé Giesecke+Devrient (G+D) à Leipzig en 1852. L’entreprise était spécialisée dans l’impression de billets de banque. Après que leur bâtiment de Leipzig fut exproprié en 1948, et à la suite du déménagement de l’entreprise à Munich, Siegfried Otto l’a transformée en un groupe international de technologie.


Les étapes décisives de l’histoire de G+D

1852-1975

  • 1852 : fondation à Leipzig par Hermann Giesecke et Alphonse Devrient

  • 1854 : le premier billet de banque est imprimé, et les commandes internationales s’ensuivent

  • 1922 : première commande de la Reichsbank

  • 1948 : déménagement de l’entreprise à Munich après son expropriation

  • 1958 : première commande d’impression de marks allemands par la Banque Fédérale d’Allemagne

  • 1964 : rachat de la papeterie de Louisenthal à Gmund am Tegernsee

  • 1968 : développement du système de l’eurochèque

  • 1975 : lancement des premiers systèmes de traitement automatique des billets de banque et du premier billet lisible par machine du monde

1981-2015

  • 1981 : production des premières cartes à puces commandées par les banques françaises et la Bundespost (société postale allemande)

  • 1991 : sortie des premières cartes à puce SIM commerciales du monde

  • 1999 : impression de billets en euros

  • 2003 : création du centre de production de feuilles à Louisenthal

  • 2004 : les passeports à puce deviennent disponibles

  • 2015 : fondation de Veridos GmbH, une coentreprise avec Bundesdruckerei, à Berlin

La réussite par l’impression

Le 1er juin 1852, Hermann Giesecke (1831-1900) et Alphonse Devrient (1821-1878) fondèrent l’institut d’art typographique « Giesecke & Devrient » à Leipzig. Jusqu’à l’instauration du Reich allemand en 1871, G+D imprimait ce qui était connu sous le nom de « Staatspapiergeld » (billets de banque du gouvernement) pour huit principautés allemandes, et des billets de banque pour 19 banques d’émission privées. Les commandes devinrent internationales en 1865, avec une commande d’impression venant de Suisse.
D’autres commandes vinrent d’Amérique du Sud et de Thaïlande (pour des billets et des timbres, en 1891). Ces commandes furent honorées, comme elles le sont toujours aujourd’hui, grâce à l’expertise technique de nos procédés d’impression de pointe, et parce que G+D garde continuellement une étape d’avance sur les faussaires, ce qui nous donne un réel avantage concurrentiel. Dans les années 1920, G+D commença pour la première fois à effectuer des impressions pour la Reichsbank allemande.

Les affaires après 1948

Après que le bâtiment de l’entreprise à Leipzig ait été détruit en 1948, Siegfried Otto, mari de Jutta Devrient (descendante d’Alphonse Devrient, le fondateur de G+D), commença à renouveler l’entreprise. Les affaires gagnèrent rapidement en volume au nouveau siège de Munich. Une étape décisive fut franchie en 1958, quand un contrat fut signé avec la Banque fédérale d’Allemagne pour produire la moitié des billets de banque du pays. La papeterie de Louisenthal à Gmund am Tegernsee fut achetée en 1964. Les années qui ont suivi l'ont vue devenir la papeterie la plus évoluée d’Europe. Louisenthal est ainsi devenu l'un des premiers sites mondiaux d’impression de papier fiduciaire et de sécurité.

De nouveaux clients pour le secteur des transports : En 1996, la compagnie aérienne allemande Lufthansa a commencé à utiliser la toute première carte multifonctions sans contact.

Cartes à puce : un nouveau pilier

En 1968, le secteur bancaire européen développa le système de l’eurochèque en coopération avec G+D. Cela marqua leur entrée fructueuse dans le secteur des cartes électroniques. En 1989, G+D inventa la carte SIM amovible, qui est devenue la norme internationale pour les formats de cartes à puce SIM. Le secteur des cartes à puce ne se limite pas seulement aux opérations de paiement et à la communication mobile. Les secteurs de la santé et du transport ont apporté leur part de nouveaux clients. Depuis 2004, G+D a également produit un passeport équipé d’une puce qui contient des données biométriques.

Les machines lisent les billets de banque

L’imprimerie fiduciaire est un pilier fondateur des activités de G+D. Quand la Banque centrale européenne a passé 15 commandes d’impressions de billets en euros en 1999, G+D a été l’entreprise qui en a imprimé le plus grand volume, grâce à ses compétences développées et à sa flexibilité. G+D développe régulièrement de nouvelles mesures de sécurité qui empêchent efficacement les faussaires d’agir. Un exemple de telles mesures est LEAD®, une bande de film optiquement variable aux structures holographiques et à micromiroirs.

Après la réunification de l’Allemagne, G+D a racheté son ancien bâtiment d’entreprise de Leipzig. Aujourd’hui, Leipzig est le principal site d’impression de G+D, avec les installations de Malaisie.

En 1975, le lancement des premiers billets lisibles en machine et celui du système de traitement de billets de banque ISS 300 ont posé les fondations du nouveau domaine d’activité des systèmes automatisés. En 2001, plus de 2 200 systèmes de ce genre avaient été installés dans le monde entier. Ces systèmes permettent aux banques centrales et commerciales, aux imprimeurs fiduciaires, aux transporteurs de fonds et aux casinos d’augmenter la sécurité et l’efficacité de leurs processus de gestion du numéraire. Ces systèmes sont complétés par des systèmes d’empaquetage et de destruction des billets de banque, ainsi que par des prestations de conseil et un service d’assistance efficaces. Le système BPS M7 de traitement de billets de banque a été commercialisé pour la première fois en 2009. Il vérifie l’authenticité et l’état d’usure des billets de banque, jusqu’à 120 000 par heure, pour autoriser leur mise en circulation. L’appareil lit leur numéro de série dans le même temps. Il peut également analyser simultanément une grande variété d’informations sur la condition des billets. Ainsi, les solutions pour Big Data de G+D permettent d’optimiser la totalité de la rotation des billets de banque, que ce soit en retravaillant les détails de conception des billets, ou en faisant preuve d’une planification à la fois précise et bien pensée des capacités afin d’optimiser l’utilisation des machines et de la main-d’œuvre.

Aujourd'hui, un groupe d’entreprises de haute sécurité

En 2001, G+D a établi un nouveau secteur d'activité dédié à la sécurité de l’information et des réseaux, ainsi qu’un éventail de solutions pour sécuriser la communication informatique d’entreprise. L’acquisition en 2004 d’une part majoritaire de secunet Security Networks AG, spécialiste des solutions de haute-sécurité informatique, a ensuite permis d’ajouter ce secteur au portefeuille. En 2009, G+D a acquis 26,4 % de parts supplémentaires auprès de RWTÜV. En créant le secteur d'activité Mobile Security, G+D a encore renforcé ses activités dans le marché des dispositifs de sécurité mobile. G+D Mobile Security fournit des solutions complètes comprenant des dispositifs de sécurité, des plateformes logicielles, des services et des solutions. Ces produits forment la base de la gestion et de la protection des identités numériques tout au long de leur cycle de vie.

G+D jouit également d’une expérience de plusieurs décennies en matière de solutions gouvernementales. En 1994, l’entreprise a commencé à livrer des cartes nationales d’identité et des systèmes de personnalisation à la Namibie. Cette initiative fut suivie de nombreux autres projets d’envergure internationale. De nouveaux documents et systèmes de traitement ont continué à être développés pendant ces projets. Nos innovations vont des options de stockage de données biométriques aux cartes d’identité sans contact ayant de nombreuses applications gouvernementales en ligne, en passant par le développement de dispositifs de sécurité à encre thermochrome qui permettent de vérifier l’authenticité des billets en les frottant avec ses doigts. G+D et Bundesdruckerei ont joint leurs efforts internationaux en matière de solutions gouvernementales dans une coentreprise qui a été lancée en 2015. Veridos fournit des documents de voyage hautement sécurisés, des systèmes d’identification et des cartes de santé. Ces produits peuvent être utilisés à des fins conventionnelles d’identification, ou pour permettre l’authentification et la protection de processus de e-business sur internet. Ces domaines d’activité liés aux solutions sécuritaires génèrent actuellement plus de la moitié des revenus globaux de G+D. L’entreprise reste à ce jour entièrement familiale.


Contact

Votre contact pour France
  Modifier votre emplacement

Giesecke+Devrient Mobile Security France S.A.S.

+49 89/4119-0

info.fr@gi-de.com

Prénom Nom E-mail Entreprise Votre message
En envoyant le présent formulaire de contact, j’accepte que mes données soient traitées pour répondre à ma demande – comme indiqué dans la <a href="fr/fr/confidentialite-des-donnees/" class="ce--link" title="G+D privacy policy" target="_blank">politique de confidentialité G+D.</a>. Titre M. Mme
info.fr@gi-de.com fr group fr https://www.gi-de.com/fr/fr/le-groupe-g-d/aproposdenous/historique/ https://www.gi-de.com/fr/fr/le-groupe-g-d/aproposdenous/historique/