Davantage de numérisation exige davantage de cybersécurité

Comme l’attaque WannaCry l’a rappelé très récemment, la cybercriminalité représente un danger réel. Cependant, cela ne doit pas empêcher une entreprise de centrer son développement sur la numérisation. G+D propose et affine constamment des solutions sécuritaires d’avant-garde pour protéger les données, les machines et les infrastructures contre les attaques.

Les personnes peuvent communiquer entre elles en tout temps et en tout lieu, en particulier depuis l’invention du téléphone mobile. Mais tous les types de machines peuvent en faire autant. Les hélicoptères de recherche fournissent à leur base des informations sur l’état de leur moteur, les robots industriels émettent des avertissements mutuels s’ils se trouvent trop proches les uns des autres, et même la conduite autonome ne serait pas possible sans technologie M2M (machine-to-machine).

Les avantages sont évidents : les entreprises bénéficient d’un accès direct à tous les composants de leurs cheminements de production, elles détectent rapidement des défaillances potentielles et peuvent contrôler leurs usines de façon centralisée. Le secteur public peut améliorer l’efficacité de l’administration en numérisant un nombre croissant de processus. Et dès que cette technologie sera prête, la voiture autonome réduira le nombre d’accidents sur la route, car les machines commettent beaucoup moins d’erreurs que les personnes... voire pas d’erreur du tout.

L’attaque mondiale WannaCry a cependant montré à quel point les entreprises, les hôpitaux et les administrations sont vulnérables, s’ils ne bénéficient pas d’une protection suffisante. La gamme G+D inclut des solutions sécuritaires pour tous les défis du numérique. À cette fin, nous transférons notre expérience des secteurs financier et public, dont les exigences en matière de sécurité sont très élevées, à d’autres secteurs industriels.


Ne prenez pas de risques avec l’Industrie 4.0

Le prochain niveau d’industrialisation

Nous vivons actuellement une période de transition. Nous bénéficions déjà des avantages de la numérisation, mais nous ne sommes pas encore tous conscients de ses dangers, alors que l’expertise en matière de mesures de cybersécurité utiles ne s’est pas encore répandue.

Cela s’applique aussi aux entreprises industrielles qui souhaitent évoluer vers l’Industrie 4.0, mais qui reportent cette évolution en raison surtout de leurs préoccupations au sujet de la sécurité. Il serait cependant fatal pour elles de ne pas tirer profit de cette prochaine étape de l’industrialisation. Les experts estiment qu’au moyen des applications de l’Industrie 4.0, l’augmentation de la productivité peut atteindre 30 % : il est donc évident qu’un investissement dans des solutions sécuritaires est digne d’intérêt.

Christian Schläger, Responsable de la cybersécurité chez Giesecke+Devrient, a bien conscience de ces discussions avec des entreprises du monde entier : « Personne ne devrait reporter la numérisation pour des raisons de sécurité, car, à un certain point, il sera trop tard. Nos solutions répondent aux exigences requises en matière de visibilité des machines, de transparence des processus et de sécurité des communications, afin d’assurer un fonctionnement responsable de l’Industrie 4.0. »

Personne ne devrait reporter la numérisation pour des raisons de sécurité.

 «

Christian Schläger, Responsable de la cybersécurité chez G+D

Secure Industrial Visibility

Le nom de la solution de G+D est « Secure Industrial Visibility » (SIV). Derrière ce nom se trouve une boîte intelligente dotée d’un système d’exploitation sécurisé et d’un logiciel permettant un accès à distance à des machines distinctes tout en les protégeant des cyberattaques. « SIV permet de segmenter des machines, c’est-à-dire de les encapsuler correctement au moyen d’un pare-feu, explique Christian Schläger. Cette machine, qui devient alors intelligente, permet les mises à jour, l’entretien préventif et la détection d’anomalies. »
Cela signifie qu’une usine intelligente munie de la technologie SIV peut reconnaître en toute indépendance les tentatives d’accès non autorisés, car elle apprend à distinguer l’accès normal d’un trafic inhabituel. Contrairement aux connexions VPN standard, SIV fonctionne en mode « furtif », c’est-à-dire que les adresses IP des machines ne peuvent pas être identifiées depuis l’extérieur. « Nous réduisons ainsi considérablement le domaine ouvert aux attaques, souligne M. Schläger. Mais nous ne sommes pas un fabricant de composants individuels. Nous proposons plutôt un service de sécurité géré complet pour l’Industrie 4.0, qui inclut également une analyse des risques. Comme pour une assurance, il est nécessaire de déterminer et de mettre en place le niveau de sécurité approprié. »

Grâce à la boîte SIV de G+D, les entreprises peuvent rendre leurs machines intelligentes et sûres, et cette solution est également disponible en rattrapage.


Conduisez prudemment à l’ère du numérique

Un réseau sécurisé pour des voitures connectées

Les voitures connectées sont encore en ascension. Le développement de la conduite autonome, qui serait impossible sans la communication machine-to-machine, constitue un facteur important dans ce domaine. Il existe cependant des caractéristiques déjà répandues aujourd’hui, comme la gestion intelligente d’un parc automobile et les appels d’urgence automatiques, qui nécessitent une « voiture connectée ». Toutes les voitures neuves de l’Union européenne devront être munies d’une fonction eCall à partir de 2018, permettant des appels à l’aide automatiques en cas d’accident. Cela requiert une connexion de téléphone mobile qui sera également exigée dans chaque voiture.

G+D a développé une technologie dans ce domaine, afin de simplifier ce processus. Avec la gestion d’eSIM, les constructeurs automobiles peuvent installer, en usine, une carte SIM neutre et fixe qui sera ensuite personnalisée ultérieurement pour l’opérateur de réseau souhaité. Cela réduit considérablement les frais, car il n’est plus nécessaire de traiter des SIM d’opérateurs de réseau variés. La gestion d’eSIM permet les mises à jour et le changement d’opérateur pour des parcs automobiles complets, au moyen d’un accès à distance. BMW est l’un des premiers constructeurs à mettre en place ce système, et ses véhicules connectés sont équipés de cette technologie depuis 2016, ce qui permet de les gérer avec efficacité.

G+D simplifie la numérisation des voitures pour les « services ConnectedDrive » sans causer de risques supplémentaires.

De plus, G+D travaille à une voie de communication sécurisée pour le transfert de données vers et en provenance de la voiture, intitulée « Automotive Security Gateway ». Cela est important pour les services télématiques, afin d’interdire les accès non autorisés aux données et d’empêcher les cyberattaques potentielles, par exemple lors de mises à jour logicielles, sur une voiture prévue pour être autonome à l’avenir.
Selon Statista, la tendance aux voitures connectées va continuer d’augmenter. Environ 43 millions de voitures connectées sont présentes sur les routes en 2017, et ce chiffre va dépasser 190 millions d’ici quatre ans. Avec G+D, les constructeurs peuvent garantir que les voitures numérisées offrent de la sécurité dès le début, de par leur conception.


La cybersécurité pour l’Europe

Stratégies sécuritaires internationales

L’attaque WannaCry a démontré que les gouvernements et les administrations doivent s’adapter à des formes entièrement nouvelles de cyberattaques qui sont même en mesure de paralyser un hôpital et qui peuvent donc perturber l’infrastructure d’un pays. Les cyberattaques au cours d’élections, comme aux États-Unis en 2016, constituent une grave menace et prouvent que les escarmouches cybernétiques entre États semblent devenir la norme.
Wolfgang Ischinger, Président de la Conférence de Munich sur la sécurité, avertit que les « armes de destruction massives » seront désormais suivies par des « armes de perturbation massives ». À son avis, une nouvelle stratégie sécuritaire est nécessaire pour l’ère numérique.

Partenaire de sécurité du gouvernement fédéral allemand

secunet, un secteur d’activité de G+D, est le partenaire de sécurité informatique de la République fédérale d’Allemagne depuis 2004 et a développé l’architecture SINA (Secure Inter-Network Architecture) pour le BSI (l’Office fédéral allemand pour la sécurité des technologies de l’information). Elle permet le traitement, le stockage et le transfert sécurisés de données sensibles, et la gestion de nombreux niveaux de confidentialité différents au sein d’un même système. Par ailleurs, secunet est l’un des membres fondateurs de l’ECSO (European Cyber Security Organisation) qui a pour objectif de renforcer la cybersécurité pour l’Union européenne.
La solution de chiffrage SINA constitue un composant central de la gamme de services étendue de secunet. Cette solution couvre la protection des communications numériques et des applications d’administration en ligne, mais aussi l’établissement de systèmes de gestion de l’identité et des solutions sécuritaires informatiques sur mesure, destinées à des infrastructures critiques et à des organisations aux responsabilités souveraines, comme la défense nationale et la sécurité intérieure.
Avec la protection appropriée, nous pouvons être équipés pour l’avenir numérique, et des cyberattaques comme WannaCry n’auront pas de conséquences.


Contact

Votre contact pour France
  Modifier votre emplacement

Giesecke+Devrient Press Team

press@gi-de.com

Prénom Nom E-mail Entreprise Votre message
En envoyant le présent formulaire de contact, j’accepte que mes données soient traitées pour répondre à ma demande – comme indiqué dans la <a href="fr/fr/confidentialite-des-donnees/" class="ce--link" title="G+D privacy policy" target="_blank">politique de confidentialité G+D.</a>. Titre M. Mme
press@gi-de.com fr group fr https://www.gi-de.com/fr/fr/tendances/cybersecurite/ https://www.gi-de.com/fr/fr/tendances/cybersecurite/